Photo Que couvre une assurance maison quand on est locataire ?

Que couvre une assurance maison quand on est locataire ?

Que couvre une assurance maison quand on est locataire ?

Contrairement aux propriétaires, l'assurance est obligatoire pour le locataire. Seulement, que couvre une couverture maison pour les locataires ?

La couverture des risques locatifs

Faute d'assurance maison, le locataire couvre les frais de dommages causés au domicile par ses propres moyens. Pour pallier ce désagrément, la loi somme les locataires à souscrire une assurance afin de couvrir ces risques de dommage. Il s'agit d'ailleurs, de la garantie risques locatifs. De plus, cette couverture prend en charge les préjudices occasionnés par un incendie, une explosion et un dégât des eaux… De plus, cette garantie inclut les dégâts perpétrés à un tiers. Ce dommage est couvert par la garantie recours des voisins et des tiers.

Aussi, l'assurance des risques locatifs écarte les biens du locataire en cas de dommage. Afin de couvrir ses possessions, le souscripteur inclut une assurance complémentaire : la multirisque habitation. Par ailleurs, la couverture des risques locatifs est à renouveler annuellement sous peine de résiliation du contrat de bail sans préavis. Néanmoins, cette sanction reste applicable uniquement si le contrat de location y fait référence. Du reste, la location meublée et saisonnière ainsi que le logement de fonction font exception à cette obligation.

Les autres garanties

Dans la couverture des risques locatifs, le locataire est assuré des dommages engendrés par des catastrophes naturelles (avalanche, tremblement de terre, inondation) après la publication d'un arrêté ministériel. L'assuré semble aussi couvert des frais de dégâts des catastrophes technologiques tels les accidents relatifs au transport de matière nocive due aux installations réglementées. Seulement, cette couverture requiert un arrêté de catastrophe technologique dans le journal officiel. Autres couvertures : les tempêtes et les attentats semblent aussi inclus dans le contrat.

Bien que facultatifs, d'autres garanties sont aussi intégrées dans le contrat. C'est, en effet, le cas de la responsabilité civile vie privée. Cette garantie élargit la protection de responsabilité civile aux préjudices occasionnés à un voisin en raison de l'usage du logement. En effet, cette extension couvre le locataire aux dommages causés à un tiers du fait l'imprudence. Cette couverture protège ainsi l'assuré et les autres occupants de son logement (femme, enfants, animaux, gouvernante…).

Les clauses d'exclusion

La GRL (Garantie des risques locatifs) écarte de ses interventions le sinistre représentant un cataclysme différent de la définition de la loi sur les catastrophes naturelles. À titre informatif, les dommages des catastrophes naturelles se définissent comme des dommages matériels causés par une intensité anormalement forte d'un agent naturel. Les dégâts des guerres civiles et étrangères sont tout aussi exclus de la couverture. Cette dernière écarte tout remboursement des dommages si le montant du loyer dépasse 2 000 euros lors de la souscription.

Du reste, la GRL exclut les préjudices causés par une émeute, un mouvement populaire ou un sabotage. Cette garantie refuse une indemnisation dans le cas où le logement est sujet à un arrêté de péril ou d'insalubrité suivie d'une interdiction temporaire ou définitive d'habiter. À défaut de contrat de bail, aucune couverture n'est aussi envisageable. De plus, les aménagements extérieurs (espaces verts, arbres, plantation…) sont écartés ou rarement couverts de la GRL. Du reste, ce champ d'intervention relève de la garantie jardin.

Nos articles