Photo Le guide de l'assurance maison quand on est locataire
Le guide de l'assurance maison quand on est locataire

Il est aujourd'hui plus qu'indispensable de se protéger des accidents de la vie. Prévenir ne suffit plus, car une fois les sinistres survenus, les montants déboursés peuvent être pharaoniques. Dans le même ordre d'idée, il est nécessaire de s'armer face à des contractants malveillants et sans scrupule. De ce fait, une assurance maison locataire est incontournable pour mieux éviter les surprises. Vous trouverez ci-dessous toutes les informations essentielles à connaître pour un occupant.

Mises au point sur les droits et les obligations

Contrairement au propriétaire, le locataire est tenu et obligé de souscrire une assurance maison. Celle-ci est même insérée dans les conditions de bail, sans lequel aucune des parties ne pourrait s'engager. Cependant, cette règle n'a pas été établie pour punir l'un ou l'autre, au contraire, elle a été mise en place pour protéger les deux camps. Etant donné que nul ne peut prédire les dommages involontaires, l'un sera dédommagé tandis que l'autre n'aura pas de frais à payer, car l'assurance se chargera de tout. Il faut tout de même faire soigneusement un état des lieux avant la location et si besoin, d'établir en bonne et due forme la situation du logement pour éviter tout conflit ultérieur. C'est ainsi que le propriétaire est tenu, à son tour, d'entretenir ses biens en vue de ne pas porter atteinte à son cosignataire. Enfin, les locations saisonnières, les résidences secondaires et les logements de fonction ne sont pas pris en compte dans les obligations de l'occupant.

Pourquoi assurer sa maison ?

Plus qu'une obligation, l'assurance maison locataire est une prévention contre les risques locatifs qui pourraient se produire. Ainsi, il est toujours mieux de souscrire une assurance qui paierait le montant des factures en cas de dégâts. Un contrat d'assurance habitation multirisques couvre les éléments principaux cités ci-dessous :

  • la responsabilité civile locative : dans le cas où le locataire endommage accidentellement les biens loués (meubles et immeubles) du possesseur,
  • le risque d'incendie : lorsque des ravages causés par le feu et la fumée surviennent,
  • le risque de dégâts des eaux : qui prend en compte les éventuelles fuites d'eau accidentelles.

D'autres options peuvent figurer dans le contrat, à savoir la garantie bris de glace ou la garantie vol, cette dernière pouvant être partagée entre le locataire et le propriétaire. Cependant, selon les propositions rencontrées chez tous les assureurs, les offres sont très variées. Amaguiz, par exemple, propose un large choix de garanties complémentaires au contrat basique pour ne citer que la possibilité de couvrir le jardin et les aménagements extérieurs. AXA, quant à elle, offre à ses clients la possibilité d'être assistés et redirigés en cas de sinistres. D'ailleurs, découvrez en plus sur ce domaine http://www.guide-assurance.site/ en allant sur ce site.

Comment bien définir une assurance habitation ?

Il est toujours bon de savoir quelles sont les délimitations de la fixation d'une assurance habitation. Contrairement aux rumeurs, ce n'est pas le statut de l'hôte qui définit le montant, c'est la maison en elle-même. Pour ce faire, avec le propriétaire des lieux, il faut établir un inventaire qui définirait la valeur du bien dans son état à l'instant du contrat. Dans cette estimation entreront les paramètres tels que la surface de l'habitation, la surface des connexes (dépendances, vérandas, jardins…) ainsi que la valeur du mobilier.

Nos articles